Après le président du BED du Centre, c'est au tour du président du BED du Nord de présenter sa démission aux membres du Conseil Electoral Provisoire.

Dans sa lettre de démission, l'ancien président du BED du Nord a dénoncé les menaces et injures graves proférées contre sa personne par des individus manmipulés. Belhomme Agénor a aussi dénoncé des accrocs et entorses faits à la loi électorale ainsi que des irrégularités ayant entâché le processus.

M. Agenor a terminé sa lettre en affirmant qu'il s'était trouvé dans l'obligation de démissionner en qualité de Président du BED du Nord, et que cette décision est en effet l'expression de son attachement indéfectible au respect des principes consacrés par la loi électorale qui en fait constitue le seul moyen d'assurer au processus électoral sa crédibilité et sa légitimité.