Le Conseil Electoral Provisoire n'écarte plus la possibilité de reporter la date du premier tour des élections, même si rien n'est encore officiellement annoncé. Pour le chef des opérations électorales au CEP, Carlo Dupiton, une telle décision permettrait au Conseil de colmater les brèches et de mieux organiser les élections. Dans le cas d'un report de la date des élections, l'annonce devrait être faite dans les prochaines heures, mais, pour l'instant, c'est l'attente.

C'est donc un véritable débat qui se déroule pour l'instant, autour du report ou du maintien de la date du 19 mars pour le déroulement du premier tour de scrutin. Au niveau de la classe politique, les opinions divergent. L'Espace de Concertation et le Mouvement Chrétien pour une Nouvelle Haïti MOCHRENA, croit que l'on pourrait choisir une nouvelle date, entre le 2 et le 19 avril. Mais, pour l'OPL et le MPSN, en cas de report des élections, le Président René Préval devrait démissionner.

Au niveau du gouvernement, on préfère jouer la carte de la prudence. selon le 1er Ministre, Jacques Edouard Alexis, il revient au CEP de décider du maintien ou du report de la date du scrutin. Le Chef du Gouvernement affirme que l'Exécutif est dans l'attente de l'annonce d'une décision du CEP.