Des enfants haïtiens agés de 10 à 14 ans participent à la coupe de la canne dans les bateys dominicains. Monseigneur Rafaël Nunez parle de la présence d'une vingtaine d'enfants dans un des bateys qu'il a visité dans la zone de Barahona. Il indique que ces petits braceros haïtiens se trouvent dans un état déplorable. Monseigneur Nunez estime que cette situation est la même dans les autres bateys .

D'autre part, à Port-au-Prince, la Coordinatrice du Groupe D'Appui aux Rappatriés et Réfugiés, Mme Colette Lespinasse, qualifie de préoccupante cette situation. Colette Lespinasse, qui a également visité les bateys, estime que le pays est aujourd'hui à la dérive. Elle croit qu'il est du devoir du gouvernement lavalas de stopper ce trafic inhumain de braceros par des passeurs dominicains. La Coordonatrice du Groupe d'Appui au Rappatriés et Réfugiés souhaite que la société civile se mobilise en faveur de ces réfugiés.