L'Institut National de la Réforme Agraire (INARA) traverse des périodes difficiles dequis sa création en 1995, et pourrait même fermer ses portes.

L'INARA fait face à d'importants problèmes financiers dequis quelques mois. L'Institut National de la Réforme Agraire cumule à date, 3 mois d'arriérés de salaires pour son personnel. Les activités de l'Institut qui nécessitent un certain débours sont pratiquement paralysés dequis le mois de mars.

Selon certaines sources gouvernementales, le dernier décaissement reçu par l'INARA remonte à Janvier. On apprend aussi que les responsables de l'INARA ont reçu des instructions formelles pour qu'ils réduisent le budget annuel de l'institution et ajuster à la baisse les salaires du personnel.

Selon des sources bien informées, la situation est pratiquement intenable au sein de l'INARA ; les responsables n'arrivent pas à faire face aux revendications des employés et des paysans impliqués dans la réforme agraire.

On apprend aussi que le directeur de l'INARA a renouvellé cette semaine son appel au décaissement des fonds auprès du Ministre de l'Agriculture. Les Responsables de l'INARA envisagent également de demander au Ministre de l'Agriculture, de leur indiquer les mesures à adopter, par rapport au personnel, et à l'institution, face à ces graves difficulés financières. Il faut rappeler qur l'INARA représentait jusqu'à quelques mois l'institution priviligiée du Président Préval qui avait fait de la réforme agraire l'un de ses succès .

Récemment, le directeur de L'INARA, Bernard Ethéard, avait mis a nu les faiblesses de cette réforme, tout en souhaitant des correctifs. Des experts indépendants qui ont analysés les résultats de la réforme, avaient clairement proposé des solutions au Gouvernement, pour redresser la situation.