(AHP).- La marche entamée par un groupe de dominicains, le 1 avril dernier sur la place de l'indépendance de Santo Domingo, s'est achevée samedi dernier au Champ-de-Mars, à Port-au-Prince. Ces dominicains avaient entrepris ce mouvement en vue de réclamer la réconciliation, la paix et la fin des discriminations entre les peuples dominicain et haïtien.

L'un des initiateurs de la marche, Rafaël Guillen a déclaré souhaiter que Haïti et la République Dominicaine parviennent le plus rapidement possible à vaincre les différences qui affectent leurs relations.

Selon M. Guillen, qui s'exprimait au Champ-de-Mars, les Dominicains et les Haïtiens sont des peuples frères. " Nous espérons les voir vivre dans la paix et avancer ensemble vers une nouvelle ère de solidarité et d'amour", a indiqué M.Guillen, un missionnaire âgé de 30 ans.

Des représentants d'organisations de droits humains, dont la Coalition Nationale des Réfugiés Haïtiens (NCHR) et le Groupe d'Appui aux Réfugiés Haïtiens (GARH) ont salué le courage de ces Dominicains qui, selon eux, témoignent de façon claire, leur volonté de voir les Dominicains et les Haïtiens entretenir des relations harmonieuses.

La coordonnatricre du GARH, Mme Colette Lespinasse, s'est un fois de plus élevée contre les conditions de travail des Haïtiens dans les champs de cannes dominicains.

Condamnant les rapatriements massifs d'haïtiens de la République Dominicaine, Mme Lespinasse a indiqué que les haïtiens et les dominicains sont condamnés à vivre ensemble parce qu'ils partagent la même île. "Malgré des différences culturelles qui caractérisent les deux peuples, en dépit du traitement infligés à plusieurs de nos compatriotes vivant en territoire dominicain, nous sommes convaincus que les deux nations peuvent s'entendre pour défendre leurs intérêts", a fait savoir Mme Lespinasse.