La ville de Petit-Goave a rendu un dernier et vibrant hommage, le mardi 11 décembre , à Brignol Lindor. Le directeur de la Salle des Nouvelles de Radio Echo 2000 a été tué à coup de machette, le lundi 3 décembre dernier, par des membres d’une Organisation Populaire (OP) proche de Lavalas dénomée “ Domi nan bwa”. A l’occasion des funérailles du journaliste , la famille de la victime a une fois de plus réclamé justice.

Sous un soleil de plomb et dans la confusion la plus totale , le journaliste Brignol Lindor a été conduit à sa dernière demeure . Malgré le vacarme provoqué par les cris de la foule nombreuse des parents , sympathisans , amis et confrères du journaliste , le père Hans Alexandre a su mener la cérémonie à terme . Le prélat , cousin du défunt, n’a pas pu contenir ses larmes face à l’assassinat de Brignol Lindor avec qui, indique-t-il , il a eu de bons souvenirs d’enfance. Dans son homélie , le père Alexandre a condamné le crime crapuleux du 3 décembre mais a exhorté les fidèles à s’abstenir de toute vengeance . Il a prôné la justice , le respect de la vie humaine , la non violence et a dénoncé le laxisme des autorités locales . Pour le père Alexandre , Brignol Lindor fut un pacifiste , il est un martyr de la vérité dont le sang doit servir à réconcilier chaque haitien .

A l’intérieur de l’église , la foule ne cessait de scander des slogans hostiles au pouvoir Lavalas particulièrement au président Jean Bertrand Aristide . Le nouveau curé de la paroisse de Petit-Goave ,le père Edwige Carré, présent à la cérémonie et accusé par l’Opposition d’avoir participé à la réunion de planification de l’assassinat de Brignol Lindor n’était pas non plus exempt d’injures . Face à cette vague de protestations anti-Lavalas , les organisateurs de la cérémonie ont dû écourter le programme funéraire dont une partie était dédiée aux Associations de Journalistes et à l’Association Nationale des Médias Haitiens ( ANMH) .

Des dizaines de journalistes étaient venus de différentes villes du pays pour rendre un dernier hommage au directeur de nouvelles de Radio Echo 2000 de Petit-Goave à l’occasion de ses obsèques déroulées en pésence de militants de droits humains , de représentants du pouvoir et de l’Opposition. La corporation continue de réclamer justice pour le jeune confrère de 32 ans et interpelle la conscience des auteurs de cet acte odieux .