La conjoncture politique de ces dernières années tend à confirmer qu'Haiti représente un cas particulier sur le plan sociopolitique .

Fait rarissime le président critique l'état tandis qu'un des principaux leaders de l'opposition critique l'opposition.

Le président Jovenel Moïse a, en maintes occasions, dénoncé le système étatique comme pourri. C'est un système pesé sousé, dit il assurant qu'il veut détruire ce système, contrôlé par des oligarques corrompus.

L'état est captif, avait lancé M. Moïse dans son discours à l'occasion du 18 novembre 2020.

De son côté le chef de file de Pitit Dessalines, Moïse Jean Charles, critique vertement ses collègues de l'opposition. Il dénonce une classe politique affairiste, déconnecté avec la population.

Proche du président venezuelien, M. Nicolas Maduro, il critique les leaders de l'opposition qui ont refusé de l'accompagner à une marche devant l'ambassade des États Unis à Port-au-Prince. Ancien Maire de Milot, ancien sénateur, ancien conseiller du président René Preval, M. Jean Charles a été candidat à la présidence en deux occasions.

En dépit de tout il ne se considère pas comme membre de la classe politique qu'il veut détruire.

LLM / radio Métropole Haïti