Le dirigeant de Pitit Dessalines, M. Moïse Jean Charles, revendique le leadership de l'opposition. L'ex sénateur à réitéré aujourd'hui, jeudi 19 novembre 2020, ses critiques contre tous les acteurs politiques et économiques.

Les comportements de la Présidence, de la représentation diplomatique américaine, du secteur privé des affaires et de l'opposition sont jugés répréhensibles par l'ex sénateur. Il rend les élites économiques et politiques ainsi que les acteurs internationaux responsables de tous les maux dHaïti. Qu'il s'agisse de la hausse du taux de change de la gourde par rapport au dollar, de l'insécurité ou de la cherté de la vie, M. Jean Charles développe des argumentaires pour justifier ses accusations.

Il critique les institutions bancaires à son avis impliquées dans forte dépréciation de la gourde. Le leader de Pitit Dessalines menace de lancer un mot d'ordre de révolution afin de changer les conditions de vie des couches défavorisées de la population.

Dans un langage codé M. Jean Charles a laissé entrevoir des représailles contre des entreprises si rien de concret n'est réalisé dans les prochains jours. Il lance un ultimatum d'une semaine pour satisfaire l'ensemble des revendications populaire.

Il décroche également des flèches en direction des leaders de l'opposition. M. Jean Charles veut détruire cette classe politique composée de personnalités qui n'ont pas de courage pour assumer leurs responsabilités.

LLM / radio Métropole Haïti