1 mort par balle, 2 blessés et un véhicule de police incendié, c'est le bilan des échauffourées qui ont émaillées les différentes manifestations organisées à l'occasion des célébrations du 217e anniversaire de la bataille de Vertières, le mercredi 18 novembre.
« Dés 4h00 du matin, les zones sensibles étaient sillonnées par les unités spécialisées de la PNH afin qu'il y ait le moins de casse possible. Ce qui représente beaucoup de travail, d'autant qu'il fallait sécuriser aussi bien les commémorations que des manifestations » a expliqué le commissaire Louis-Jeune, porte parole de la police, ce jeudi, pendant le journal de la mi-journée de Radio Télé Métropole.
Précisant que le bilan présenté est encore partiel, il a ajouté que la personne tuée et les blessés, l'ont été en marge des manifestations.
L'Antenne PNH de Poste Marchand porte encore la trace des nombreux jets de pierre reçus durant la journée alors que la veille plusieurs véhicules ont été incendiés à Carrefour par des protestataires selon Michel-Ange Louis-Jeune.
Mais le commissaire insiste sur le fait qu'il n'y a eu ni dommage grave, ni incident majeur :
« La police a sécurisé les manifestants de leur point de départ jusqu'à leur destination, suivant l'itinéraire déposé, sans violer les lois en vigueur. »
Concernant l'accusation portée contre certains agents de la PNH qui auraient tiré à hauteur d'homme, le commissaire Louis Jeune se montre dubitatif.
« Dans tous les mouvement, il y a toujours des fauteurs de troubles. Lorsqu'il y a désordre et violences autour de manifestation la police est contrainte de les réprimer » affirme le commissaire Michel-Ange Louis-Jeune le porte parole de la PNH.

AL / radio Métropole Haïti