1 mort, plusieurs blessés, un véhicule de la PNH incendié, c'est le bilan partiel de la journée d'action de l'opposition, ce 18 novembre.

Dés 8h30 des barricades de pneus enflammés etaient constatées dans certaines zones annonçaient une journée de tension, marquée par des affrontements entre militants et forces de l'ordre.

Le cortège de la manifestation principale, visant à réclamer le départ du président Jovenel Moïse a été dispersée au niveau de Delmas 48.

Il s'est reformé un peu plus loin pour tenter d'atteindre le Champ de Mars où le mouvement s'est achevé sous une pluie de gaz lacrymogène.

Des sénateurs de l'opposition dont Youry Latortue et Nenel Cassy fustigent le comportement des forces de l'ordre.

Parallèlement, à Pétion-ville, non loin du tribunal, des protestataires n'ont pas attendu la grande foule pour essayer de faire passer leurs revendications. Avec une bande à pied, ils ont parcouru plusieurs rues de cette commune. Que ce soit à Delmas ou à Pétion-ville, de nombreux protestataires portaient des T-shirts de différentes couleurs, frappés du nom de plusieurs organisations sociopolitiques ou de messages relatifs à des revendications populaires.

Le renversement du pouvoir : le principal objectif de cette énième manifestation lancée par l'opposition. Difficile de déterminer combien ont répondu à l'appel mais comparativement au 17 octobre dernier, la participation était plus importante.

Un point qui a attiré l'attention durant ce mouvement, c'est l'absence du service ambulancier, pourtant toujours visible .

EJ/Radio Métropole Haïti