Le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, M. Bernard Saint Vil, sollicite une enquête de la Police judiciaire sur le vol de corps du délit au greffe du tribunal. Le magistrat précise que les objets ont été volés au greffe du cabinet d'instruction. Il rejette toute responsabilité dans la gestion de ces objets assurant qu'il oeuvre en tant qu'administrateur du tribunal.

Rapportant les déclarations du greffier en chef le juge Saint Vil à expliqué que seul le greffier du greffe du cabinet d'instruction dispose des clefs de ce compartiment. Selon les premiers éléments du rapport du constat du juge de paix, les objets dans le dossier de feu maître Monferrier Dorval ont été emportés sans que la porte ne soit brisée.

Le doyen indique que tous les greffiers, huissiers et agents de sécurité en service lors du forfait doivent être interrogés par les policiers de la DCPJ.

Le magistrat n'écarte pas la possibilité que des fonctionnaires soient appréhendés dans le cadre de l'enquête.

Il fait remarquer que les juges sont placés sous l'autorité de la CSPJ tandis que les greffiers, huissiers et agents de sécurité sont sous la tutelle du ministère de la justice.

Le Doyen et le greffier en chef ont eu hier une rencontre avec le ministre de la justice, Rockfeller Vincent, autour de ce dossier. M. Saint Vil a insisté sur la nécessité d'acquérir des coffres anti feu afin de mieux protéger les corps du délit.

LLM / radio Métropole Haïti