Selon Hervé Julien le rapport d'information envoyé au parquet ne fait état d'aucune responsabilité pénale de la part des 5 agents préposés à la surveillance de la résidence de maître Dorval. Un document proposant des sanctions contre eux sera transmis ce lundi, à la direction générale, assure-t-il.
Intervenant ce lundi, pendant le journal du matin Radio Métropole, l'inspecteur général en chef a rappelé que dans le cas où l'enquête aurait un aspect pénal, la loi donne obligation à l'IGPNH, de transmettre le dossier à la justice pour qu'elle puisse l'approfondir.
Il est donc rare que le parquet mène parallèlement sa propre enquête avant l'avis de l'inspection générale explique Hervé Julien.

Par contre, le cas du policier Alexandre Jean Pascal, appartenant à la Brigade de Lutte Contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), arrêté le 8 mai dernier et dont Fantôme 509 réclame la libération, relève clairement de la justice pénale révèle l'inspecteur général en chef. En effet il est accusé d'assassinat, d'incendie criminel, de destruction de biens publics et d'atteinte à la sûreté de État.

En outre Hervé Julien s'est abstenu de commenter les décisions du premier ministre qui a fait libérer samedi dernier, les 5 agents de l'UDMO transférés au pénitencier national, affirmant ne pas souhaiter opiner sur les actes du chef du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN).

AL / radio Métropole Haïti