Plusieurs pasteurs haïtiens sont recherchés par le Parquet de Port-au-Prince dans le cadre des poursuites contre les contrevenants à l'État d'urgence sanitaire.

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de Première instance de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, veut appréhender le pasteur Berger, accusé d'avoir tenu des rassemblements dimanche dernier.

Entre temps le pasteur Armel Lafleur a été auditionné par deux substituts du commissaire du gouvernement. L'eminent pasteur a pu rentrer chez lui après avoir donné l'assurance de sa volonté de respecter les restrictions liées à l'état d'urgence.

Le chef du Parquet a fait valoir que le pasteur Lafleur n'avait pas tenu des rassemblements mais avait lancé des propos " scandaleux et arongants " a l'attention des autorités.

Toutefois il confie que ces déclarations étaient antérieures à l'arrêté sur l'état d'urgence.

Le commissaire Lafontant assure qu'il faut pas assimiler ces poursuites à une persécution contre les chrétiens. Je suis moi même un chrétien, a t-il martelé dénonçant l'ignorance au sein du secteur protestant.

Il nie que le chef de l'État et les autorités soient impliqués dans une persécution contre les églises protestantes et catholiques.

LLM / radio Métropole Haïti