Moins d'une semaine après l'annonce des mesures gouvernementales, aucun nouvel horaire n'est en vigueur pour faciliter la rotation des employés, a constaté une équipe de Métropole lors d'une visite dans plusieurs institutions étatiques ce mardi 24 mars 2020.

Par ailleurs, des récipients sont placés à l'entrée de ces bureaux afin que ceux qui fréquentent l'endroit puissent se laver les mains.

Dans les dispositions adoptées par les autorités haïtiennes en vue de limiter la propagation du nouveau coronavirus, il est, ainsi, prévu qu'une rotation hebdomadaire de 50% du personnel de l'Etat soit effectuée dans les services publics non essentiels, en particulier ceux qui fonctionnent dans des espaces réduits. L'autre moitié, effectuera des tâches à distance tout en continuant d'être rémunérée régulièrement.

Vers 11 heures ce mardi, au Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique où une conférence de presse devait avoir lieu, tout avait l'air de fonctionner normalement. Il y avait moins de personne que d'habitude mais pas en raison d'un quelconque absentéisme. Selon une source digne de foi, tous les employés était a leur poste comme a l'accoutumée. Et c'est ce 24 mars, à la mi-journée, qu'une réunion avec le Ministre doit determiner s'il y aura rotation. Même la distanciation sociale de plus d'un mètre n'est pas réellement respectée.

Au Ministère de l'Economie et des Finances, c'est l'omerta. Sans savoir quelles informations nous sommes venus chercher, le personnel d'accueil refuse de nous parler. Les journalistes ne sont pas les bienvenus, martèle un quadragenaire qui fait office de réceptionniste. Même les agents de sécurité sont surpris de son comportement. Jusque-là, personne ne sait si les mesures sont respectées. C'est aussi le seul endroit où l'on n'impose pas un lavage des mains obligatoire à l'entrée.

Si au Ministère de l'Economie et des finances, nous n'avions pas pu recueillir des informations, la situation était pratiquement identique au Ministère des Affaires Sociales et du Travail situé également à l'Avenue Charles Summer. Après plusieurs minutes d'attente, un responsable qui a voulu conserver l'anonymat nous a confié que rien n'était fait jusqu'à ce mardi 24 mars. Un horaire a été élaboré certes mais il n'est pas applicable en raison des nombreuses erreurs qu'il contient. Les employés étaient présents mais les contractuels se sont vus contraint de rester hors des locaux du MAST en raison de dispositions restrictives internes, que personne n'est en mesure d'expliquer.

Enfin au Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, les justiciables n'étaient pas très nombreux aussi, et même en cette période de creux d'activité, le carré du doyen Bernard Saint-Vil était plein de gens. De ce fait, il nous a été impossible de lui parler pour en savoir plus sur le fonctionnement de l'institution.

Dans les bureaux publics, les changements de comportement et de mode de fonctionnement tardent à se faire sentir. La rotation du personnel et la distanciation sociale ne sont pas respectées. Néanmoins, a l'entrée de la plupart des institutions visitées, des employés obligent les personnes qui entrent à se laver les mains. Une mesure utile mais insuffisante pour bloquer la propagation du nouveau coronavirus.