Le chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, rejette la responsabilité de la caducité du Parlement sur les legislateurs. Dans un discours pour constater cette caducité, le président Moïse a regretté des conflits politiques qui ont provoqué un dysfonctionnement du Sénat. Entre mai et septembre 2019 il y a eu 6 séances au Sénat qui n'ont pas permis de sanctionner la politique générale de deux Premiers Ministres nommés. C'est une situation inédite, a dit le chef de l'état.

De plus il a rappelé que les députés en dépit de 3 convocations à l'extraordinaire ont refusé de voter le projet de loi électorale et le projet de loi de finances indispensables à l'organisation des élections.

Le président Moïse considère la caducité du Parlement comme une situation récurrente dans la vie politique haïtienne. Il souligne que 4 des 7 dernières législatures avaient été touchées par la caducité.

En attendant que le vide institutionnel soit comblé le chef de l'état annonce que l'enveloppe des salaires des parlementaires sera allouée à la construction d'infrastructures éducatives. 1 160 millions de gourdes, représentant les salaires de 118 députés et 20 sénateurs sur 9 mois, seront utilisés pour construire 10 lycées sur l'ensemble du territoire.

LLM / radio Métropole Haïti