Les leaders de l'Opposition haïtienne ont lancé ce jeudi 5 décembre 2019 une nouvelle série de manifestations contre le chef de l'état, Jovenel Moïse. Plusieurs milliers de personnes ont pris part à cette marche qui a débuté sur la place d'armes des Gonaïves (Artibonite ) et a fait escale dans le quartier de Raboteau.

Les manifestants ont réclamé la démission du président Moïse, condition sine qua none à la reprise des activités économiques et académiques. Ils accusent le chef de l'état d'être responsable de la corruption au sein de l'administration publique et de la détérioration des conditions de vies des couches vulnérables de la population.

Les sénateurs Youri Latortue et Nenel Cassy ont appelé à la poursuite de la mobilisation afin de forcer le départ de M. Moïse.

Nous sommes mobilisés jusqu'au 5 janvier 2020, a laissé entende le sénateur Latortue exhortant les manifestants à ne pas sombrer dans la peur.

Le sénateur Cassy assure qu'il n'y aura pas de commémoration de la fête de l'indépendance, le 1 er janvier 2020, si le président Moïse est toujours en poste.

Les leaders de l'opposition espèrent que la mobilisation aux Gonaïves, repaire du sénateur Latortue, permettra de relancer le grand mouvement de protestation sur l'ensemble du pays.

Gonaïves est pratiquement la seule grande ville contrôlée par l'Opposition radicale.

Par ailleurs plusieurs dizaines de militants de l'opposition ont pris part à un sit in ce jeudi devant l'ambassade de France. L'ex député Serge Jean Louis, dirigeant de l'Alternative Consensuelle, presse le gouvernement français à mettre un terme à son support au président Moïse.

LLM / radio Métropole Haïti