Les contempteurs du chef de l'état haitien, Jovenel Moïse, ont utilisé une nouvelle stratégie dans leur bras de fer qui dure depuis plus de 2 ans. Pour la première fois un mouvement de protestation lancé sous le sceau de l'anonymat a obtenu des résultats probants.

Aucune fédération de syndicats, aucune association patronale, aucun parti politique ou groupe de la société civile n'a revendiqué le mouvement. Des leaders d'organisation syndicales dont Duclos Benissoit du Mouvement unifié des Transporteurs apportent leur appui au mouvement.

Même si aucune organisation ne revendique la nouvelle version du pays lok, il est évident que les organisateurs ont fait montre d'une grande capacité de planification et de coordination sur l'ensemble du territoire.

Le mouvement bien cordonné sur le terrain a provoqué une véritable paralysie des activités économiques dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Les protestataires n'avaient pas envisagé de réaliser des manifestations massives mais de bloquer toutes les voies terrestres de communication. La réponse énergique du commandement de la Police en début de journée n'a eu que peu d'effet en raison de la forte mobilisation de la population.

De plus les initiateurs du mouvement ont su ratisser large en rassemblant la colère contre toutes les dérives du gouvernement de l'affaire Pétrocaribe à la pénurie de carburant.

Les autorités haïtiennes doivent maintenant lutter contre une nébuleuse inconnue dotée d'une technique bien rodée.

LLM / radio Metropole Haïti