La séance d'analyse de la demande de mise en accusation du chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, sera reprise le lundi 12 août 2019 à la chambre des députés. La séance avait été mise en continuation le 7 aout dernier en raison des perturbations provoquées par les députés de l'opposition.

Pour empêcher l'exposé des motifs de l'accusation les députés, ayant initié la séance, avaient fait usage de mégaphones et de vovouzelas.

Le député Jean Marcel Lumérant prévient que ses collègues de l'opposition s'opposeront à nouveau à la poursuite de la séance si les documents réclamés ne sont pas soumis.

L'opposition réclame 33 documents dont certains doivent être communiqués par membres du gouvernement démissionnaire.

Le député Lumérant soutient que ces documents sont indispensables pour argumenter l'accusation de violations de la constitution portée à l'encontre du chef de l'état.

La séance se poursuivra en tenant compte des 5 points déjà épuisés à l'ordre du jour.

Le président de la chambre des députés, Gary Bodeau, avait suspendu la séance alors que le président du bloc majoritaire, Jean Wilson Hypolithe, avait fait dépôt d'une proposition réclamant la lecture des motifs de la demande de mise en accusation. Le député de Léogane avait indiqué que 62 de ses collègues avaient signé la proposition.

Un bras de fer entre la majorité et l'opposition est en perspective lors de cette séance.

Plusieurs députés de la majorité veulent boucler la séance sur l'analyse de la demande de mise en accusation afin de plancher sur le processus de ratification du Premier Ministre nommé, Fritz William Michel.

LLM / radio Métropole Haïti