Le chef de la Police, Michel Ange Gédéon, annonce l'intensification de la lutte contre la prolifération des armes illégales. Il promet de concentrer l'action sur les réseaux de trafiquants d'armes à feu qui sont les principaux bénéficiaires de l'insécurité. Les armes lâchées dans la nature au mépris d'un pays meurtri peuvent être retournées contre n'importe qui, n'importe quand, a dit le chef de la police s'adressant aux réseaux de trafiquants d'armes.

Des anciennes statistiques font état de plus de 250 000 armes à feu en circulation. Les statistiques actuelles sont en nette progression, juge M. Gédéon rappelant que les armes détenues illégalement sont destinées à endeuiller les familles haïtiennes.

Il explique que la PNH ne restera pas les bras croisés face à ce fléau.

Grace à l'appui de la mission de l'ONU, la PNH avait initié en 2016 le processus de destruction des armes obsolètes de l'institution ainsi que celles saisies lors des opérations.

370 armes ont été détruits ce matin par les spécialistes de la PNH et de l'UNPol.

M. Gédéon admet qu'il s'agit d'un nombre insignifiant par rapport aux milliers d'armes illégales en circulation. Il juge toutefois cette destruction significative puisqu'elle permet de réduire le nombre d'armes disponibles. Chaque arme détruit équivaut à la protection de plusieurs vies, a martelé M. Gédéon qui s'est réjouit de l'aide précieuse de l'UNPOL de la Minujusth.

Plus de 1 200 armes à feu ont été détruites par la PNH en deux ans. M. Gédéon admet que la tache est ardue puisqu'entre temps des armes continuent de passer les frontières illégalement.

Il attire l'attention sur l'implication des citoyens et des autres secteurs clés de la société dans la confiscation des armes illégales.

LLM / radio Métropole Haïti