Les autorités haitiennes ont consenti à libéraliser le secteur pétrolier. Après des conflits ayant provoqué des pénuries récurrentes, le Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Developpement (BMPAD) et les compagnies pétrolières ont enterré la hache de guerre.

Le BMPAD abandonne son monopole d'intermédiation sur le marché pétrolier. La libération du secteur tant réclamé par plusieurs opérateurs économiques se concrétisera dans les prochains jours.

Le BMPAD, « dans le cadre de la libéralisation de l'importation des produits pétroliers : diesel, gazoline et jet » , annonce aux compagnies pétrolières qu'une « lettre de crédit stand-by sera requise par les potentiels fournisseurs locaux desdits produits pour la valeur équivalente à la demande exprimée par chacune des compagnies afin de garantir les paiements et de minimiser les risques éventuels », précise une correspondance aux compagnies pétrolières.

« Ainsi, il vous est demandé de bien vouloir prendre toutes les dispositions nécessaires afin de faciliter la mise en œuvre de ce nouveau mécanisme dès le prochain appel d'offres. Le BMPAD compte sur votre collaboration coutumière afin de rendre disponibles ces produits en tout temps sur le marché local et de couper court à tout forme de rupture », ajoute le directeur général du BMPAD, Ignace St Fleur.

Selon des spécialistes du secteur cette libération fait la part belle aux grandes compagnies Dinassa, Total et Sol qui ont la capacité de gagner les appels d'offres.

'LLM / radio Métropole Haïti