Le sociologue haitien, Laenec Hurbon, soutient que les émeutes de ces derniers jours sont l'expression de la colère de la population contre la corruption. Interrogé par Radio France Internationale (RFI) M. Hurbon chercheur au CNRS, s'est étonné que les manifestations de protestation se soient poursuivies au delà de 7 jours.

Il est critique vis-à-vis du chef de l'état, estimant que M. Jovenel Moïse avait peut être misé sur l'incapacité des citoyens à poursuivre la mobilisation au delà de 3 jours.

M. Hurbon assure que la mobilisation est dans toutes les villes et les villages puisque les gens ont un raz le bol de la corruption liée à la misère. De l'avis de M. Hurbon il est évident que l'affaire Pétrocaribe a été l'élément déclencheur des manifestations lancées depuis le 7 février 2019. Il fait remarquer qu'on ne peut accuser les gens d'être manipulés puisque la mobilisation est dans toutes les classes sociales.

Selon M. Hurbon le chef de l'état s'évertue à protéger les membres de son parti politique qui étaient impliqués dans la gestion des fonds Pétrocaribe.

Il dénonce la mauvaise gestion et l'opulence affichée des membres des pouvoirs exécutif et législatif qui ont eu pour effet d'exacerber la colère des couches vulnerables dans les quartiers populeux. Il y a une véritable prise de conscience citoyenne afin de mettre un terme à l'impunité, a expliqué M. Hurbon.

LLM / radio Métropole Haïti