Le président de l'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (Anadipp), David Turnier, presse les autorités haitiennes à adopter des dispositions en vue d'empêcher les pénuries récurrentes de carburant. Il soutient que les distributeurs de produits pétroliers ne disposent d'aucun levier pour influencer l'acquisition des hydrocarbures. Les distributeurs représentent le dernier maillon de la chaîne, dit-il mettant en évidence le rôle prépondérant du Bureau de Monétisation de l'Aide Publique au Développement (BMPAD).

Les distributeurs placent leur commandes et versent les frais 48 heures à l'avance, précise M. Turnier assurant que les distributeurs ont été surpris de la pénurie de fin décembre 2018.

Les versements sont réalisés pour le compte des compagnies pétrolières Total, Dynasa, Sol, Ti Mazout, DNC et Capital.

Tandis que les distributeurs effectuent leurs versements en gourdes aux compagnies, le BMPAD assure que ces compagnies doivent payer leur commandes en dollar.

M. Turnier confirme la rareté de gazoline expliquant que les commandes ont été honorés partiellement. Selon M. Turnier les stations à essence de National et Total sont en rupture de stock. Il juge que la situation est grave même s'il n'y a pas une pénurie à l'échelle nationale.

Les membres de l'Anadipp font partie des premières victimes la pénurie, lance M. Turnier faisant état de l'agressivité de certains certains automobilistes accusant les distributeurs de favoriser le marché noir. De plus il note que les distributeurs ne peuvent réaliser les bénéfices habituels tout en maintenant les mêmes dépenses de fonctionnement.

LLM / radio Métropole Haïti