Le chef de l'état haïtien, Jovenel Moïse, est préoccupé par l'insécurité dans les quartiers populeux de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Même s'il se prononce rarement sur ces violences récurrentes, le président Moïse a profité de la cérémonie officielle de commémoration du 23 eme anniversaire de la PNH pour convier les forces de l'ordre à déployer plus d'efforts en vue de rétablir l'ordre dans ces quartiers.

Au cours des derniers jours des tirs nourris dans les quartiers de Martissant ont provoqué des paniques et des embouteillages monstres sur l'artère principale reliant les départements du sud à la Capitale.

M. Moïse a fait écho des revendications des résidents de Carrefour, notamment, qui sont confrontés quotidiennement à cette situation. « Nous entendons tous les cris des habitants de certains quartiers de la capitale qui expriment leurs inquiétudes face à la recrudescence des actes de banditisme. Les batailles entre les gangs rivaux troublent, à maintes reprises, la circulation et les activités économiques et sociales au bicentenaire et à Martissant ».

La population exprime sa peur de se faire attaquer par des bandits qui prennent en otage certains quartiers populaires. Dans la République, il ne peut et ne doit y avoir de zones de non-droit, a insisté le président Moïse.

Pour la première fois M. Moïse a pressé les policiers à intensifier les interventions dans ces quartiers. « J'attends de la Police des actions intensives contre la violence urbaine, les trafics, la criminalité organisée, le grand banditisme, le cambriolage, le vol à main armée suivi de meurtre. J'attends de la PNH des actions intensives contre tous ces faits déstabilisateurs de notre pacte social. J'appelle la PNH à resserrer les rangs et à redoubler d'efforts pour traquer les bandits et les criminels qui sèment le deuil et la terreur dans nos quartiers d'où qu'ils viennent et partout où ils vont. La PNH doit avoir la persévérance et l'obstination dans la recherche des criminels et des délinquants pour les mettre hors d'état de nuire », a t- il conclu.

LLM / radio Métropole Haïti