L'un des chefs de file de l'Opposition, Moïse Jean Charles, a dénoncé la répression policière lors d'une manifestation hier à Delmas. Un jeune homme a été tué par balles lors de la manifestation, a révélé l'ex sénateur M. Jean Charles.

Il s'indigne de cette violence planifiée par les membres du gouvernement. On m'a dit qu'il a été tué par des policiers, a lancé M. Jean Charles.

Selon des manifestants la victime serait membre d'une organisation populaire proche de l'opposition. D'autres leaders du mouvement ont accusé le ministre de l'intérieur et le directeur général du ministère de l'intérieur d'être à l'origine de cette répression.

Toutefois le porte parole de la Police, Gary Desrosiers, a assuré que le jeune homme a été tué alors qu'il était impliqué dans un braquage. L'auteur du crime a été appréhendé même s'il avait en sa possession un permis de port d'arme.

Le chef de file de Pitit Dessalines annonce l'intensification de la mobilisation en vue de réclamer des poursuites judiciaires contre les personnes accusées dans le rapport Pétrocaribe. Les manifestants devraient réaliser des sit in devant les résidences de ces anciens ministres et Premier Ministre.

Le dossier doit être transféré aux autorités judiciaires ont fait valoir les manifestants rejetant la requête du Sénat d'une nouvelle enquête de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA).

M. Jean Charles assure qu'il entend poursuivre le mobilisation afin d'obtenir satisfaction des revendications de la population.

LLM / radio Métropole Haïti