Le chef de l'État haïtien, Jovenel Moïse, a présidé aujourd'hui, 1 er janvier 2018, aux Gonaïves, les 214 ans de l'indépendance d'Haïti. La cérémonie de commémoration a été organisée en 4 grands moments : le dépôt d'une gerbe de fleurs au pied des monuments sur la Place d'armes des Gonaïves, le Te Deum à la Cathédrale du Souvenir, la Parade militaire et le grand rassemblement patriotique.

Le Premier Ministre, Jack Guy Lafontant, les Présidents du Sénat et de la Chambre basse, Youri Latortue et Cholzer Chancy, le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, Me Jules Cantave, le Commandant en Chef intérimaire des Forces Armées d'Haïti, le colonel des FADH, Jodel Lesage ; le Directeur Général de la Police National d'Haïti Michel-Ange Gédéon ainsi que plusieurs représentants de missions diplomatiques et consulaires en Haïti, notamment le Nonce apostolique, l'Archevêque Eugène Martin Nugent, avaient pris part à la cérémonie.

Le président Moise a salué le geste des héros de l'indépendance nationale et questionné l'attitude des Haïtiens face à l' héritage que ces ancêtres leur ont légué. Il croit que l'heure est venue pour que les fils de ce pays se demandent ce qu'ils ont fait de cet héritage et ce qu'ils veulent également en faire.

M. Moïse juge que les ancêtres ont tracé la route, ouvert la porte et ont donné aux Haïtiens la clef de la croissance et du développement : les valeurs de l'union, de la justice, de la générosité et de la solidarité. Et qu'aujourd'hui, l'heure est arrivée de mettre de côté ce qu'ils ont amassé dans les mauvais moments de division, et de dire oui au besoin de changement tant souhaité par la population haïtienne.

« Liberté et indépendance ont été le rêve de nos ancêtres. Elles sont le ciment qui leur a donné la force et le courage de mener à terme le combat. C'est grâce à leurs sacrifices que nous sommes aujourd'hui devenus un peuple. Ils avaient accepté de lutter, pour que le monde soit libre aujourd'hui. Ces ancêtres ont levé un grand défi. Ils se sont mis ensemble pour lutter contre l'esclavage et la colonisation. Grâce à leurs sacrifices et leur courage, Haïti élève au monde le drapeau de l'émancipation, le droit pour tous, hommes, femmes et enfants, de vivre comme des humains, le droit de tous les peuples de la terre à disposer d'eux-mêmes, dans le respect, l'ordre et la paix. », a t-il insisté.

Il a rappelé une fois de plus que l'union, le courage, la solidarité et l'entraide sont les valeurs prêchées par les ancêtres, lorsqu'ils ont légué cet héritage, Haïti, la mère patrie, symbole de liberté et bien de l'humanité. « Tout peuple, pour des raisons quelconques, peut s'attarder sur la route, mais sans jamais se perdre. Pour le peuple haïtien, avec son courage, sa force de résistance, lorsqu'il y a échec, faillite, c'est nous, l'élite du pays, les leaders et les dirigeants politiques qui devons porter la responsabilité », a martelé le Président Moïse.

La fête de l'indépendance coïncide avec la Journée mondiale de la paix. M. Moïse a rappelé le vote populaire et de confiance reçu par les Haïtiens, lors des élections démocratiques de 2016. Il promet en effet, durant ses 5 ans de mandat, de travailler pour changer les conditions de vie du peuple, en satisfaisant à ses préoccupations sociales, politiques, économiques et culturelles. « Nous sommes prêts à prendre des mesures institutionnelles, des mesures politiques, qui vont dans le sens de la consolidation de la démocratie. Ainsi, nous travaillerons à la protection de l'environnement, à l'augmentation et la diversification de la production nationale, à la lutte contre la corruption et à la réduction des inégalités sociales, en vue d'une Haïti émergente socialement et économiquement, à l'horizon de 2030 », a t-il conclu.

LLM /radio Métropole Haïti