Le Président haïtien, Jovenel Moïse, a participé au Sommet One Planet sur le financement de l'action climatique organisé à Paris. Au cours de son intervention M. Moïse a fait état des mesures préconisées par Haïti pour accroître la résilience.

Il a présenté la situation d'Haiti souvent victime de catastrophes naturelles. « De 2004 à 2017, Haïti a subi des catastrophes naturelles à répétition. Par exemple, en octobre 2016, l'ouragan Matthieu a causé 2,7 milliards de dollars de dégâts, plus de 30% du PIB du pays. Nous avons une saison cyclonique très longue et Haïti est dans une zone extrêmement fragile. Cette année, Irma nous a laissés des inondations dans le Nord ».

Il prône une action concertée des pays de la Caraïbe régulièrement touchés par les catastrophes naturelles. « Tout comme le Sommet One Planet, il faut parler de One Caribbean, car ces pays subissent des conséquences du réchauffement climatique auquel ils contribuent très peu. Il faut ajuster les éléments de réponse », a-t-il dit.

« En 2016, a-t-il dit, la prime d'assurance contre les ouragans nous a versé 23 millions de dollars, alors que nous avons subi 2,7 milliards de dégâts. Cela doit changer. La bureaucratie internationale met trop de temps à accompagner les pays victimes dans leur relèvement. Aussi doivent-ils travailler avec les gouvernements.

Le président haïtien a également pris des engagements. « En Haïti, nous savons exactement ce que nous avons comme problèmes et nous sommes en train de réfléchir sur les solutions alternatives ». « Nous avons adopté une politique énergétique axée sur la matrice d'énergie verte : solaire, éolienne, hydro et biomasse. Nous sommes en train de construire 10 centres de germoplasme et de propagation végétale), dont nous venons d'inaugurer le premier, capable de produire 4,5 millions de plantules chaque année. Nous allons inscrire le reboisement dans le curriculum des écoles haïtiennes : dès l'année 2018, chacun des 4 millions d'écoliers haïtiens devra planter des arbres… »

LLM / radio Métropole Haïti