Les autorités haitiennes et l'Organisation Pêche Artisanale et Développement Intégré (PADI) intensifient leurs actions en vue du développement de la filière apicole dans le Sud. Depuis février 2016, l'organisation PADI, avec l'appui de l'ONU environnement/Haïti, s'investit dans la filière apicole dans la zone de St Jean Sud/Abacou.

Pour freiner les agressions humaines que subissent les mangroves et offrir une activité alternative à ceux et celles qui agissent négativement sur l'écosystème, l'Organisation PADI, accompagnée par l'ONU environnement/Haïti, a lancé, en avril 2017, des séances de sensibilisation à l'intention des charbonniers/pécheurs et d'autres habitants de la zone. La formation portait sur l'importance des mangroves dans l'environnement d'un espace géographique, celle de l'apiculture, les techniques modernes apicoles, l'implantation des ruchers, leur exploitation, leur gestion et la commercialisation du miel.

Un agent s'occupant des ruchers de St Jean du Sud/Abacou, Romere Laurent, affirme que les nouvelles techniques sont très bénéfiques pour la zone. « Non seulement le développement de l'apiculture nous permet d'avoir une autre activité nous permettant de gagner un peu d'argent, mais elle nous offre aussi l'opportunité de comprendre l'importance des mangroves pour cette filière », explique-t-il.

« Cette activité transforme peu à peu les coupeurs de mangroves en apiculteurs, au bénéfice de l'environnement de cette zone », a laissé entendre M. Joseph. Il révèle que son équipe, de concert avec l'ONU environnement/Haïti, a déjà travaillé sur un guide méthodologique en vue de la duplication de cette expérience à travers les autres écosystèmes de mangroves du département du Sud.

Aquin représente une zone phare pour la filière apicole au niveau du département du Sud. Avec l'appui de l'ONU environnement/Haïti et du Ministère de l'Environnement, tout un éventail d'activités visant le développement de ce secteur y est déjà réalisé.

LLM / radio Métropole Haïti