Le dirigeant politique, Eric Jean Baptiste, appelle à la poursuite de la mobilisation pour contraindre le gouvernement à modifier le budget. Il exige notamment l'allocation de plus de ressources au système judiciaire, à la santé et à l'université. Il faut des manifestations pacifiques, dit il insistant sur la nécessité pour que les enfants puissent aller à l'école.

L'ex candidat à la présidence se dit confiant que les manifestations parviendront à faire entendre raison au gouvernement. Toutefois il s'est dit opposé à des mouvements visant à réclamer la démission du président Moïse. Nous devons respecter le mandat du chef de l'état, dit-il critiquant le comportement de certains leaders de l'opposition qui veulent conquérir le pouvoir.

L'entrepreneur presse le chef de l'état à lancer effectivement la lutte contre la corruption. Le chef de l'état reçoit un per diem de 20 000 dollars par jour lors de ces déplacements, dit-il insistant sur la nécessité pour que M. Moïse réduise ses déplacement à l'étranger et dans les régions.

Il recommande que les parlementaires légifèrent sur les per diems des officiels.

Il presse le chef de l'état à fournir des informations sur son plan pour la création d'emploi. « Il a annoncé la mise à la retraite de 12 000 fonctionnaires mais il ne s'agit pas de création d'emploi », argue t-il.

LLM / radio Métropole Haïti