Le gouvernement haïtien bénéficie d'un sursis dans le cadre du bras de fer avec les syndicats en ce qui a trait au budget 2017-2018.

Les dirigeants de plusieurs syndicats sont à couteaux tirés suite au report dans le désordre de la grève générale. Les dirigeants du Monde Syndical Haïtien dénoncent l'annulation de leur mot d'ordre par leurs camardes de l'association des chauffeurs propriétaires d'Haiti.

Plusieurs syndicalistes accusent Changeux Méhu et ses collaborateurs de l'APCH d'avoir trouvé en cachette un accord avec le gouvernement. Ils dénoncent un boycott du mouvement de protestation faisant valoir que le report de la grève au 2 octobre 2017 risque de casser la mobilisation.

De l'avis des dirigeants du Monde Syndical une grève le 2 octobre n'aura que peu d'impact puisque la loi de finance sera déjà en vigueur. Ils soutiennent que leur objectif est d'obtenir le retrait du budget dont les nouvelles taxes contribueront à la paupérisation de la population.

Des dirigeants de syndicats rejettent l'argumentaire relative à la solidarité avec les victimes de l'ouragan Maria. Les citoyens doivent être vigilants et empêcher que la mobilisation soit torpillée, lance un dirigeant de syndicat.

Toutefois des leaders rejettent l'idée d'une division au sein du secteur syndical. Ils soulignent qu'on ne peut considérer la grève comme un échec se disant prêts à collaborer pour le succès de l'appel à la grève du 2 octobre 2017.

LLM / radio Métropole Haïti