L'ensemble du personnel du Centre National des Equipements CNE a été mis en disponibilité sans solde.

Une décision qui a été prise par la Commission de restructuration et de renforcement du CNE (CORRECNE) dans le but de régulariser le fonctionnement de cette institution publique. Ce lundi l'accès a été refusé à plusieurs employés, alors que d'autres étaient autorisés à pénétrer l'espace pour y travailler.

Sous la pluie, dans la boue, plusieurs dizaines d'employés du centre national des équipements, branche d'arbre en mains, étaient massés devant la barrière de l'institution.

Révoltés, frustrés, choqués, les protestataires ne mâchent pas leur mot pour critiquer cette décision prise par la Commission de restructuration et de renforcement du CNE.

Ces employés n'en démordent pas et continuent de réclamer de meilleures conditions de travail. Yves Darwin Laplante est technicien au centre national des équipements.

En réaction, les 3 membres de la commission affirment avoir pris cette mesure de concert avec la justice suite aux perturbations enregistrées au cours de la journée du vendredi 21 avril dernier où le syndicat de l'institution avait entamé un mouvement de protestation.

Si l'ensemble des employés ne peut pas avoir accès à l'enceinte de l'institution, d'autres par contre sont autorisés y entrer pour travailler, explique Kineton Louis, membre de cette structure.

Entre-temps, le président de la commission de restructuration et de renforcement du CNE, installée depuis seulement 2 semaines, s'enorgueillit d'avoir pu payer 2 mois d'arriérés de salaire sur 4. Olivier Emmanuel qui déplore le comportement des protestataires qualifie leurs agissements de manœuvre à des fins politiciennes.

EJ/Radio Métropole Haïti