Le mimistre haïtien de la Planification Marc Louis Bazin et la représentante a.i du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) Dienne Keita ont paraphé le jeudi 9 août un accord de projet d’appui au développement. Ce projet se propose de lutter contre la pauvreté en créant des emplois productifs et de combattre l’exclusion en renforçant la protection sociale. Cette initiative prévoit la mise en place d’un observatoire national de l’emploi et de formation professionnelle ainsi que la création d’un conseil national de partenariat pour la promotion et l’intégration économique et sociale.

Ce projet financé à hauteur de 22 millions de dollars américains par le PNUD sera coordonné par le ministère de la Planification. Il s’agit d’un programme allant dans le sens d’un consensus social pour un projet national de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Les bénéficiaires directs de ce projet seront les femmes, les jeunes et les micro-entrepreneurs, précise Marc Louis Bazin. Le titulaire de la Planification qui a fait un état des lieux révèle que le secteur de l’emploi structuré en Haïti ne rassemble que 100 mille travailleurs sur les 3,9 millions d’haïtiens en âge de travailler. Plus de deux (2) millions de personnes évoluent dans l’informel, c’est-à-dire dans des activités à faible productivité. M Bazin a également souligné que 99 % de la population haïtienne ne bénéficie d’aucune forme de protection sociale.

Quelque soit la volonté affichée par les membres du gouvernement Chérestal et les bailleurs de fonds internationaux, le projet d’appui au développement ne portera fruit que si les haïtiens participent au processus, avertit le ministre de la Planification. Marc Bazin pense qu’il faut créer un climat propice au développement, à la croissance qui permettrait de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. La représentante ai du PNUD en Haïti, Dienne Keita, qui a paraphé l’accord avec le ministre de la Planification a réaffirmé la volonté de son organisation d’accompagner le gouvernement dans la lutte contre la pauvreté. Mais elle a rappelé que c’était un projet haïtien pour les haïtiens.

Plus de 60 % des haïtiens en âge de travailler se retrouvent sans emploi. N’ayant aucun pouvoir d’achat, ils croupissent dans la misère et sont privés de bon nombre de services sociaux.