Le Parti Haïtien Tet Kalé (PHTK) et ses alliés ne décolèrent pas après l'annonce de la formation d'une commission de vérification des scrutins du 9 aout et du 25 octobre 2015.

Des milliers de militants étaient dans les rues de Pétion ville et Delmas hier pour réclamer la publication d'un calendrier électoral.

Le PHTK veut la tenue du second tour de la présidentielle entre son candidat Jovenel Moise et Jude Celestin. Les manifestants accusent le chef de l'état de vouloir proroger la transition au delà de 120 jours.

Au Parlement, les membres du PHTK critiquent vertement la décision de former une commission de vérification arguant que ceci n'est pas prévu dans l'accord du 6 février.

Le sénateur Hervé Fourcand (PHTK) est révulsé par la décision du président Privert. Il l'accuse de vouloir provoquer le départ de certains législateurs en instrumentalisant la commission. Nous voulons que le CEP publie dans le meilleur délai le calendrier électoral, dit-il jugeant indispensable de respecter le vote populaire du 25 octobre 2015.

C'est egalement l'avis du sénateur Carl Murat Cantave (KID) qui exige le respect scrupuleux de l'accord. Il fait valoir qu'une éventuelle modification doit être décidée par les deux parties ; Présidence et Parlement.

Pour le sénateur Cantave l'évaluation approfondie mentionnée dans l'accord fait référence uniquement aux plaintes formulées par des candidats auprès de la première commission d'évaluation. Une vérification du processus électoral n'est jamais envisagée, argue le sénateur Cantave accusant le président provisoire d'avoir agressé l'accord.

LLM / radio Métropole Haïti