L'ambassadeur des Etats unis accrédité en Haïti exprime son opposition à ce que soit créée une nouvelle commission de vérification du processus électoral.

Peter Mulrean explique que deux dangers sont à redouter de la mise en place d'une nouvelle commission ; d'abord, elle pourrait retarder la tenue du second tour ; ensuite cette nouvelle commission pourrait être instrumentalisée par des personnalités mal intentionnées.

Selon le diplomate américain, les recommandations techniques qui ont été faites par la commission d'évaluation électorale indépendante devraient être mises en application afin de poursuivre le processus électoral enclenché en 2015.

Par ailleurs Mulrean a fait remarquer qu'Il n'y a pas de raison valable pour justifier un nouvel accord.

Il a fait savoir que les états unis ne soutiennent pas l'idée d'un nouvel accord dans la mesure où le besoin ne s'en fait pas sentir et que les éléments de l'accord du 5 février sont toujours valables.

Peter Mulrean dit attendre avec impatience la mise en œuvre du document paraphé par l'exécutif d'alors et le parlement.

EJ/Radio Métropole Haïti