Jean Max Bellerive, chef de cabinet du président Jocelerme Privert, confirme qu'il est impossible que le calendrier électoral prévu dans l'accord du 6 mars soit respecté. Selon l'accord le second tour de la présidentielle et des législatives doit avoir lieu le 24 avril 2016.

M. Bellerive assure que le chef de l'état s'évertue à s'acquitter des ses engagements. Il souligne que le président Privert a déjà accompli une grande partie de sa tache avec l'entrée en fonction du gouvernement de consensus et la formation du Conseil Electoral Provisoire (CEP).

L'ex Premier Ministre rejette les accusations faisant croire que le chef de l'état trainerait les pieds afin d'obtenir une prorogation de son mandat. C'est le Parlement qui avait donné le mandat et il reviendra aux parlementaires de décider, a-t-il laissé entendre.

Dans le même temps il insiste sur la nécessité de rétablir la confiance des électeurs avant la tenue du scrutin. Il juge indispensable une évaluation du processus électoral et du scrutin du 25 octobre 2015, arguant que le gouvernement de transition est la preuve de la crise électorale.

Interrogé sur une date éventuelle pour le prochain scrutin, M. Bellerive s'est refusé à tout commentaire expliquant qu'il ne veut pas une mésinterprétation de ses propos. Il reviendra au CEP d'élaborer le calendrier électoral, dit-il .

Selon le directeur de cabinet du chef de l'état la formation d'une commission d'évaluation électorale doit être proposée par les Conseillers électoraux.

LLM / radio Métropole Haiti