Les dirigeants des organisations Solidarité Femmes Haïtiennes (Sofa), Conseil National d'Observation Électorale (CNO), Conseil Haïtien des Acteurs Non Étatique (Conane) et Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) réclament plus de transparence dans la tabulation des votes. Selon ces organismes, ayant observé le déroulement du scrutin du 25 octobre, les autorités électorales doivent rendre public les informations sur le protocole règlementant le fonctionnement du CTV.

Les critères de recrutement des juristes ayant la charge de traiter les procès verbaux, doivent être connus, ont fait valoir les dirigeants de ces organisations.

La validité des procès verbaux doit être déclarée par un comité d'avocats vérificateurs œuvrant pour le compte du Conseil Électoral. Selon Vilez Alizar, responsable de Programme au RNDDH, les autorités électorales doivent également rendre public les procédures et les motifs qui déterminent la mise en quarantaine de certains procès verbaux.

Les observateurs ont rappelé que le scrutin n'a pas été bouclé avec la fin de la journée électorale et qu'ils sont déterminés à observer le processus de décompte et de contentieux.

Les organisations soutiennent qu'il est indispensable que le vote populaire soit respecté dans le processus de décompte des procès verbaux. Les résultats doivent respecter la réalité du choix du peuple, a dit M. Alizar.

Les observateurs sont également préoccupés par le sort qui sera réservé au vote blanc dans le décompte. Ils se demandent si les électeurs n'ayant voté pour aucun des candidats sont considérés comme des votes blancs ou nuls. Il y a un flou sur cet aspect parce que dans le bulletin il y au une case pour voter aucun des candidats et certains électeurs ne cochent même pas cette case, insiste t-il

Des observateurs nationaux et étrangers sont présents au Centre de Tabulation des Votes (CTV) qui a débuté mardi le traitement des procès verbaux en provenance des différentes régions. Les observateurs de l'Union Européenne et de l'Organisation des Etats Américains (OEA) entendent suivre le processus électoral jusqu'à son terme.

LLM / radio Métropole Haïti