À cette occasion, une série de projections, débats et conférences aura lieu entre le 30 novembre et le 19 décembre 2014 sur le site du Centre d'Art, à Port-au-Prince. Créé sous l'impulsion de l'aquarelliste américain DeWitt Peters, le Centre d'Art joue un rôle fondamental dans l'histoire de la peinture haïtienne. Il est reconnu d'utilité publique en 1947.

A la fois galerie et espace de formation, le Centre d'Art est un lieu de brassage social unique en Haïti : intellectuels, autodidactes, artisans et visiteurs étrangers de renom s'y croisent. Il permet l'éclosion de plusieurs générations d'artistes renommés : Hector Hyppolite, Rigaud Benoit, Georges Liautaud, Edouard Duval-Carié etc. A partir de 1945, il est à l'origine de l'émergence du courant dit « naïf ».

Le Centre d'Art donne naissance au Musée d'Art Haïtien du Collège St Pierre, et à la réalisation des fresques murales de la Cathédrale de la Sainte Trinité.

Très tôt, le Centre d'Art pose les bases du marché de l'art haïtien. Des institutions internationales, comme le Musée d'Art Moderne de New York, s'y procurent des œuvres de peintres haïtiens. Il est aussi à l'origine de la création du premier journal sur les arts Plastiques en Haïti « STUDIO N°3 ».

A la suite de DeWitt Peters, en 1965, Francine Murat prend la relève et pérennise la vision du fondateur. Elle fait vivre l'esprit du Centre et parvient à maintenir le prestige du lieu jusqu'à son effondrement le 10 janvier 2010.