Les autorités sanitaires haïtiennes affirment avoir diagnostiqué la 1chikungunya, une maladie virale dans plusieurs communes du sud et de l'ouest d'Haïti au cours de cette semaine.

La ministre de la santé, Florence Guillaume, Duperval, appelle les citoyens à la vigilance tout en rappelant que cette fièvre n'est pas mortelle. Le gouvernement annonce des dispositions afin de freiner la progression du virus Chikungunya dans le pays.

Pour l'instant 14 cas ont été diagnostiqués à Léogane, Carrefour, Delmas, Pétion ville, Tabarre, Croix des bouquets et Coteaux. Dans la ville de Coteaux (sud) 5 cas ont été enregistrés, révèle le chef du service épidémiologie du MSPP, Nathanael Fenelus.

Le nombre de cas suspect est de 67, dit-il, faisant état d'analyses réalisées par le laboratoire national.

La directrice générale du MSPP. Guirlene Raymond Charite, soutient que le virus provoque des douleurs empêchant à la personne victime de vaquer à ses activités. Même s'il n'existe pas de traitement direct pour cette maladie virale, docteur Charite recommande aux personnes affectées de consommer une grande quantité d'eau, de se reposer et de bien s'alimenter. Elle préconise l'utilisation du paracétamol pour diminuer les douleurs.

La ministre de la santé attire l'attention sur la nécessité pour que les citoyens c'impliquent dans les efforts pour traiter les gites qui constituent un espace propice de reproduction pour les vecteurs de ce virus.

LLM / radio Métropole Haïti