Le haut responsable des Nations Unies chargé de la coordination de la lutte contre l'épidémie de choléra en Haïti, Pedro Medrano, juge que ce pays n'attire pas l'attention internationale qu'il mérite, et il appelle la communauté des donateurs à accroître son soutien à la lutte contre la maladie. " Haïti n'attire pas l'attention de la communauté internationale, en particulier de la communauté des donateurs ", a dit M. Medrano au Centre d'actualités de l'ONU.

M. Medrano qui a réalisé au cours des dernières semaines des déplacements au Canada, au Royaume-Uni, en Belgique, en France, en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas, estime que le choléra ne préoccupe pas ces gouvernement. " Il est clair que cette épidémie n'est pas sur leur écran radar ", a-t-il ajouté.

Plus de 8 500 personnes ont été tuées et 700 000 autres infectées depuis l'apparition de l'épidémie en octobre 2010.

Selon M. Medrano, moins de 17% de la population a accès à l'assainissement et la moitié a accès à l'eau potable. " Il est impossible d'arrêter la transmission du choléra et d'autres maladies transmises par l'eau sans des interventions urgentes dans le domaine de l'eau et de l'assainissement ", a t-il souligné.

Les spécialistes redoutent une nouvelle poussée du cholera pendant la période pluvieuse qui a démarré récemment.

" Il ne fait aucun doute que nous avons fait des progrès substantiels. Aujourd'hui, nous avons moins de cas de choléra que nous en avions les années précédentes. Les chiffres de janvier et février 2014 montrent qu'il y a eu 1.400 nouveaux cas – le plus faible nombre de nouveaux cas depuis le début de l'épidémie", a noté Pedro Medrano. Mais cela ne veut pas dire que le combat est terminé, a-t-il insisté.

LLM / radio Métropole Haïti