Le président de la commission éducation du Sénat, Lucas Saint Vil, soutient que les sénateurs envisageraient de voter la loi créant le Fonds National d'éducation (FNE). Une séance de travail entre les membres de la commission et des membres du gouvernement le mardi 3 décembre 2013. Les ministres des finances, Wilson Laleau, des travaux publics, Jacques Rousseau et de l'éducation, Vanneur Pierre ont mis l'accent sur la nécessité de doter le secteur éducatif de ressources financières pour garantir la gratuité de l'éducation.

Cependant les sénateurs étaient plutôt préoccupés par la gestion des fonds déjà collectés par la Banque de la République d'Haïti (BRH) et le Conseil National des Télécommunications (Conatel). Les sénateurs ont claqué la porte sur le directeur du Conatel, Jean Marie Guillaume, qui n'a pas été autorisé à participer à la rencontre. Les sénateurs accusent le directeur du Conatel d'avoir détourné plus de 20 millions de dollars des fonds collectés pour le FNE.

M. Guillaume qui s'est confié aux journalistes a fait valoir que 7% des fonds ont été utilisés dans la lutte contre la fraude. L'utilisation de ce montant est prévue par un décret, a laissé entendre M. Guillaume.

De son coté le ministre des finances, Wilson Laleau, a invité les sénateurs à ne pas faire de confusion entre le dossier du Conatel et celui du Fonds National d'éducation (FNE). En ce qui a trait à la requête des sénateurs sur l'utilisation des montants déjà collectés, le ministre des finances a promis de soumettre un rapport consolidé aux pères conscrits. Le rapport consolidé, qui sera élaboré par le ministère des finances, la BRH et le Conatel, est indispensable pour éviter toute mésinterprétation qui pourrait empêcher le vote de la loi, a-t-il expliqué.

LLM / radio Métropole Haïti