Les autorités haïtiennes annoncent le lancement en mai 2013 d'une campagne nationale d'auto culture du Moringa. La commission nationale de lutte contre la faim et la malnutrition bénéficie de l'appui des ministères de l'agriculture, de la santé, de l'éducation et de l'environnement de le cadre de cette campagne visant à prévenir la malnutrition.

Le gouvernement haïtien œuvre en collaboration avec plusieurs organisations de la société civile afin d'encourager les familles haïtiennes à cultiver et utiliser le Moringa. Cet arbre légume, très répandu en Haïti, est connu sous les noms de Benzolive ou Doliv.

Le secrétaire d'état à la santé animale, Michel Chancy, révèle que cet arbre est riche en vitamines et nutriments. Le Moringa comporte 7 fois plus de vitamines C qu'une orange, 4 fois plus de calcium qu'un verre de lait, 4 fois plus de vitamines A qu'une carotte, 3 fois plus de potassium qu'une banane et 2 fois plus de proteine qu'un verre de lait.

Les gousses ainsi que les feuilles du Moringa peuvent être consommées. Les feuilles de Moringa sont riches en protéines, vitamines et minéraux. De plus la gousse peut être utilisé pour préparer une huile d'excellente qualité.

M. Chancy explique que la poudre préparé à partir des feuilles de Moringa séchées est un supplément alimentaire pour les enfants soufrant d'anémie ou confrontés à la malnutrition.

Dans le même temps, le Moringa est utiliser pour augmenter la production de viande. Les feuilles séchées de Moringa peuvent remplacer le soya pour nourrir les bœufs ou volailles.

Quoique cet arbre soit très répandu à travers le pays, peu de citoyens sont informés de ses capacités nutritives. Le gouvernement entend favoriser le culture du Moringa pour lutter a la fois contre la malnutrition et le déboisement.

LLM / radio Metropole Haiti