Le député de Delmas Tabarre, Arnel Bellizaire, est au centre d'une nouvelle polémique suite à l'arrestation de 21 manifestants lavalas le 16 décembre dernier. M. Bellizaire, opposant farouche au chef de l'Etat, s'était enfermé dans une cellule du commissariat de Port-au-Prince pour exiger la libération des individus appréhendés. Le parlementaire s'était résolu hier à mettre un terme à son action lorsque les manifestants ont été transférés au Pénitencier National.

Le député Bellizaire, qui avait été arrêté illégalement en octobre 2011, a justifié sa décision par la nécessité de rechercher l'appui de son bloc politique à la chambre basse.

L'action du député de Delmas- Tabarre, est diversement interprétée par les acteurs politiques au Parlement. Le député Elourne Doreus (OPL) déplore que son collègue ait choisi la formule de l'incarcération pour témoigner sa solidarité avec les manifestants. L'élu du Mole Saint Nicolas souhaite que le bureau de la chambre des députés accompagne le parlementaire dans son action. Cependant il estime qu'il serait préférable que M. Bellizaire concentre son action sur l'appui politique et légale aux personnes détenues.

Cet avis est partagé par le sénateur Andrice Riché. Il fait remarquer que le parlementaire a voulu défendre les sans voix. Il exhorte le député Bellizaire à réaliser des actions afin d'obtenir l'élargissement des citoyens appréhendés.

De son coté le ministre chargé des relations avec le Parlement, Ralph Theanot, regrette le comportement du parlementaire. Il révèle que la majorité des députés ne sont pas intéressés à s'impliquer dans ce dossier. Se demandant si le député n'a pas perturbé le fonctionnement du système judiciaire, le ministre Theanot croit qu'il revient à l'opinion publique de juger du comportement de cet élu.

LLM / radio Métropole Haïti