Plusieurs milliers de manifestants capois ont dénoncé hier la cherté de la vie et la corruption au sein de l'administration publique. La manifestation, organisée par les leaders de l'opposition, s'est déroulée sans incident sous un imposant dispositif sécuritaire des policiers haïtiens et des casques bleus de la Minustah.

Le sénateur Moise Jean Charles, opposant farouche au chef de l'Etat, en première ligne de cette marche, a attiré l'attention sur la réconciliation entre les leaders de diverses factions de l'opposition. Outre M. Jean Charles, leader du mouvement lavalas, Elisca Charles de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) et l'ex député de Limbé Hugues Célestin se sont réjoui du succès de la marche.

Les manifestants ont également dénoncé l'insécurité et lancé des slogans hostiles au président Martelly. M. Saül Gauthier, un des leaders de l'Initiative Citoyenne (IC), annonce la poursuite du mouvement qui selon lui a pris un caractère antigouvernemental. Il affirme que les revendications sont à la fois d'ordre social et politique. Les manifestants réclament la création d'emplois et un meilleur accès à l'éducation a laissé entendre M. Gauthier qui s'oppose également à la formation d'un Conseil Electoral Permanent (CEP).

Il s'agissait de la troisième manifestation en moins de 15 jours organisée dans la cité christophienne.

Par ailleurs, plusieurs dizaines de personnes ont pris part à une manifestation à Jérémie (Grand Anse). Les manifestants ont dénoncé la vie chère et exigé l'accès à l'électricité et l'eau potable. Ils annoncent la poursuite de leur mouvement jusqu'à satisfaction de leurs revendications.

LLM / radio Métropole Haïti