Plusieurs centaines d'enfants ont pris part hier à un programme spécial organisé au Ranch de la Croix-des- Bouquets à l'occasion de la journée nationale des enfants.

La directrice de l'Unicef, Francoise G. Akermans, plaide pour que le droit des enfants soit une priorité dans l'agenda du prochain gouvernement. Elle dresse un tableau sombre de la situation déplorant que l'inexistence d'une législation pour freiner le trafic d'enfants. Dans le même temps elle souhaite que le gouvernement et le Parlement mettent à jour la loi sur l'adoption et vote celle sur la paternité responsable.

Les institutions publiques et des ONG œuvrant dans le secteur ont réalisé ce programme au profit de plusieurs centaines d'écoliers et des enfants de foyer d'accueil à travers le pays.

Selon les statistiques disponibles plus de 500 enfants sont incarcérés dans des centres pénitentiaires. L'Institut du Bien Etre Social et de Recherche ( IBESR) a recensé de nombreux cas de violence contre les enfants.

La directrice de l'IBESR, Jeanne Bernard Pierre, révèle que 30 % des cas traités des le tribunal de première instance de Port-au-Prince concerne des agressions sexuelles contre des mineurs. Elle se plaint que son institution ne dispose pas de ressources suffisantes pour venir en aide aux victimes.

Par ailleurs, les enfants en domesticité représentent un véritable fléau pour la société haïtienne. Les autorités estiment que 173 000 enfants sont toujours enfermés dans cette triste situation comparable à l'esclavage moderne.

LLM / radio Métropole Haïti