La cohabitation entre l'exécutif et le législatif est l'une des principales interrogations en ce qui a trait au fonctionnement du prochain gouvernement.

Le président élu d'Haïti, Michel Martelly, espère une relation harmonieuse entre le gouvernement et les législateurs. Il souligne que les nouveaux élus n'ont pas reçu un mandat du peuple pour s'affronter mais pour œuvrer au développement du pays.

La remarque de M. Martelly a trouvé un écho favorable auprès du sénateur Evalière Beauplan, un des chefs de file du Collectif pour le renouveau d'Haïti (Coreh). Les parlementaires devront travailler de manière constructive afin d'améliorer les conditions de vie de la population insiste M. Beauplan. Préconisant le dialogue entre les deux pouvoirs, M. Beauplan souhaite que le président ne tienne pas compte uniquement des blocs politiques mais d'une relation individuelle avec les parlementaires.

Des élus du Pont, de AAA et de l'Alternative auraient entrepris des contacts en vue de la formation des prochains blocs parlementaires notamment à la chambre basse. Le prochain président devra cohabiter avec la plateforme Inité qui compte une majorité absolue au sénat et une majorité relative à la chambre basse.

Le sénateur Beauplan soutient qu'il s'agit d'une situation complexe puisque nouvelle. Les 3 élus de Repons Peyizan ne pouvant pas constituer un bloc politique à la chambre basse devront s'impliquer dans des alliances afin d'appuyer les efforts du prochain chef de l'Etat.

Lors de son accession à la présidence en 2006, M. René Préval disposait d'une majorité relative à la chambre basse. Il avait pu quelques semaines plus tard mettre en place un gouvernement de coalition qui détenait une majorité dans les deux chambres.

LLM / radio Métropole Haïti