La Banque Mondiale mise beaucoup sur la prochaine rentrée parlementaire, en vue de la mise en oeuvre de projets au bénéfice de la population haïtienne. En cas d'échec des élections, la Banque Mondiale risque de se retrouver à court de projets. D'après Monsieur Michel Azefort, la Banque Mondiale est prête à débloquer 60 millions de dollars U.S, dès l'installation du Parlement, en cas de ratification des accords paraphés avec le Gouvernement.