Des chefs de file du mouvement lavalas dont René Civil, Ansyto Félix et Jacques Mathelier ainsi que des personnalités ayant pris part au mouvement GNB dont Hervé Saint-Hilus, Evans Paul et Serge Gilles ont participé à la manifestation anti Préval d'hier.

M. Saint-Hilus a assuré que les rencontres entre les dirigeants de l'opposition et les lavalasiens se poursuivront en vue de définir de nouvelles stratégies dans le mouvement.

Les dirigeants de l'opposition réclament désormais le retour au pays de Jean Bertrand Aristide. Turbeb Delpé soutient que la délivrance d'un passeport à l'ex président lavalas est l'une des principales revendications des manifestants.

Les deux groupes composant l'alliance ont mis l'accent sur les revendications qui leur sont prioritaires. Les manifestants lavalas indiquaient que le départ de Préval est important puisqu'il facilitera le retour d'Aristide. Le départ du chef de l'Etat est réclamé à cor et à cri par les manifestants qui disent craindre une nouvelle dictature.

Serge Gilles, ex sénateur et chef de file de la Fusion a également battu le pavé le 10 mai pour réclamer le départ de Préval. Il soutient que les dérives enregistrées ces dernières semaines sont de nature à préparer l'avènement d'un dictateur.

M. Gilles, Evans Paul et les autres dirigeants des partis politiques affirment que la mobilisation devra s'amplifier jusqu'au départ du président Préval.

L'alliance entre l'opposition et une fraction de lavalas est confirmée par René Civil qui dit avoir été l'objet de menaces. René Civil et les leaders de l'opposition condamnent la loi d'urgence, La prorogation du mandat du chef de l'Etat et les tentatives de formation d'une assemblée constituante.

LLM / Radio Métropole Haïti