La scène littéraire haïtienne vient de perdre un grand homme, Georges Anglade et son épouse ont trouvé la mort lors du séisme qui a ébranlé l'île le mardi 12 janvier. L'auteur haïtien se trouvait à Port-au-Prince à l'occasion du festival Étonnants Voyageurs qui devait se dérouler du 14 au 17 janvier.

"Nous avons appris le décès de George Anglade et de sa femme dans les décombres » a-t-on annoncé au siège rennais du festival breton dans la journée de jeudi 14 janvier.

Né en 1944 à Port-au-Prince, il était l'un des principaux invités, cette année du festival organisé par Michel Lebris. Celui qui aimait à distinguer en lui le géographe, le politicien et l'écrivain, avait été l'un des fondateurs de l'Université de Québec à Montréal où il fut professeur de géographie sociale jusqu'en 2002. Engagé auprès de la diaspora haïtienne notamment à Montréal où cet anti-duvaliérisme convaincu s'était exilé, l'auteur de Chronique d'une espérance publié chez L'Imprimeur II en 2008, se consacrait depuis dix ans à la défense et à l'illustration de la Lodyans, genre littéraire propre à Haïti dont le modèle remonte à Justin Lhérisson et à Jacques-Stephen Alexis.

Georges Anglade est un scientifique, politicien et écrivain né le 18 juillet 1944 à Port-au-Prince (Haïti) et décédé le 12 janvier 2010, à Haïti.

1962 : Études à Port-au-Prince à l'École normale
1965 : Licence en droit et un diplôme de Sciences sociales, Faculté de droit de Port-au-Prince
1965-1969 : Doctorat de troisième cycle, Centre de géographie appliquée de Strasbourg
1968-1969 : Professeur à l'Institut de démographie de Strasbourg
Septembre 1969 : Installation à Montréal, Canada
Professeur en géographie sociale, Université de Québec à Montréal (UQÀM)


Il meurt, ainsi que sa femme Mireille, lors du Tremblement de terre d'Haïti de 2010.

Source: magazine-litteraire.com / Wikipedia / RM