L'Action Démocratique pour Bâtir Haïti (ADEBHA) ne mise pas beaucoup sur la nouvelle mission de l'OEA. L'ADEBHA dénonce « le comportement dilatoire de l' Organisation des Etats Américains ».

Elle croit que demander aux acteurs politiques haïtiens de dialoguer pour légitimer un scandal électoral est un mauvais présage pour l'avenir de la démocratie.

Levelt Dorcile souhaite que le secrétaire général adjoint de l'OEA mette à profit cette nouvelle mission pour contraindre le pouvoir Lavalas à respecter les règles du jeu démocratique, en ce qui concerne le dossier des élections contestées du 21 mai.

De leur côté, les duvaliéristes plaident en faveur de l‘unité de la famille haïtienne pour sortir de l'impasse. L'Union Pour la Réconciliation Nationale(URN), réclame la formation d'un conseil électoral provisoire (CEP) pour l'organisation d'élections crédibles et honnêtes dans le pays. Le dirigeant de cette formation se dit contre l'option zéro.

Pour sa part, le PNDH a réaffirmé que la sortie de crise passe par la tenue d'une conférence nationale. Le Parti Nationaliste Progressiste du Dr. Turneb Delpé renouvelle ses critiques à l'endroit du pouvoir Lavalas. Il demande au Chef de l'Etat de sursoire à la réalisation des prochaines élections .

M. Delpe suggère a René Préval de convoquer ce dialogue pour reconstruire la nation haïtienne.