Alors que les députés se concentrent sur la séance d’interpellation du premier ministre, les sénateurs se passionnent pour la nationalité étrangère de certains membres du grand corps. La commission sénatoriale spéciale poursuit ses investigations afin d’identifier d’autres étrangers.

Pour l’heure les membres de la commission étudient minutieusement les documents des deux sénateurs soupçonné d’être des américains, Roudolph Boulos et Ultimo Compere.

Le ministre de l’intérieur, Paul Antoine Bien Aimé, confirme sans citer de nom que deux sénateurs sont des étrangers, expliquant que les informations sont fournies par le système informatique du service de l’Immigration. " Nous avons fourni les informations notre travail prend fin", avait lancé le ministre Bien Aimé qui avait émis le vœu que des signaux positifs soient tout même envoyé aux haïtiens de la diaspora.

Interrogé sur la nationalité étrangère de certains ministres, Paul Antoine Bien Aimé, a soutenu qu’aucun indice ne permet de conclure à une double nationalité de certains membres du gouvernement.

La réaction du président de la commission sénatoriale, Youri Latortue a été immédiate qualifiant de hâtive cette conclusion. Le sénateur Latortue fait remarquer que les informations fournies par le gouvernement datent de 2005 alors que les sénateurs avaient réclamé des informations remontant à 1986.

Le président de la commission sénatoriale veut poursuivre ses investigations auprès de la compagnie aérienne American Airlines qui elle détient des archives depuis plusieurs décennies.

La commission a eu des soupçons sur deux membres du gouvernement, René Magloire, ministre de la justice et Daniel Dorsainvil, ministre des finances.

Hier, le ministre de la justice, René Magloire a fait le dépôt de ses pièces mais n’a pas voulu répondre aux questions des membres de la commission. Il a proposé de rencontrer les sénateurs dans huit jours.

Daniel Dorsainvil, lui a eu une rencontre " fructueuse " avec les sénateurs mais n’a pas soumis ses documents.

M. Magloire avait exercé la fonction de procureur de la couronne à Montréal Nord pendant plus de 20 ans révèle des membres du barreau de Montréal. René Magloire n’avait pas besoin d’adopter la nationalité canadienne pour exercer la fonction de procureur de la couronne indique une porte parole du ministère québécois de la justice.