Le candidat à la présidence du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Lesly François Manigat, a revendiqué jeudi matin le droit au second tour après la proclamation de la victoire de René Préval au scrutin du 7 février par le Conseil électoral provisoire (Cep) suite à un accord politique. Toutefois, M. Manigat a annoncé qu'il restera dans la légalité républicaine et ne fera rien contre cette "décision illégale"

"Nous ne pouvons pas accepter cette décision mais en tant que démocrates nous resterons fidèles à notre dignité et à la légalité républicaine", a déclaré Lesly François Manigat lors d'un point de presse en sa résidence privée en Plaine jeudi.

Le dirigeant du RDNP qui n'a pas caché son dégout de l'accord intervenu dans la nuit de mercredi à jeudi en faveur de René Préval a souhaité "bonne chance au pays. "Je n'ai aucun problème avec le candidat à la présidence René Préval et je reconnais qu'il avait une avance considérable mais les résultats impliquaient un second tour", a encore déclaré M. Manigat déplorant le fait que M. Préval ait imposé sa volonté au Cep et au gouvernement par la pression des rues.

"Le droit au second tour était et est toujours inscrit dans les faits comme dans les principes mais malheureusement il a été confisqué par une manipulation des votes, par la pression des rues et un secteur de la communauté internationale", a-t-il poursuivi.

L'ancien président Lesly François Manigat a souligné cinq (5) éléments qui, selon lui, ont conduit le pays à cette "nouvelle crise d'illégalité": l'exclusion, l'arbitraire, la violence des rues, la pression du millieu international et les erreurs de stratégie politique.

"Hélas la misère et l'ignorance sont la cause fondamentale de cet échec. Une partie de la population haïtienne a été dupée. Le Cep et le gouvernement intérimaire ont cédé aux pressions de René Préval et d'un secteur de la communauté internationale" soutient Lesly Manigat affirmant, cependant, qu'il n'y aura chez lui aucune haine et aucun rancoeur.

Le candidat à la présidence de la Plateforme Lespwa, René Préval, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 7 février 2006 en Haïti par le Conseil électoral provisoire suite à un compromis politique. L'ancien allié de Jean Bertrand Aristide, a obtenu 51,15% selon les résultats définitifs portant sur 96% des voix exprimées lors du scrutin.